Bonjour, Je m’appelle Valentine et je suis Festivalcoolique

catwoman « Cette année, c’est le dernier, l’année prochaine j’arrête »
C’est ce que je m’étais dit un soir de mai 2013 alors que je faisais la queue aux toilettes de la plage Magnum depuis une bonne demi-heure.
Ma glace customisée avec des pépites de chamalow et l’enrobage chocolat noir qui coulait désespérant le long de mon poignet avait résonné comme un point de non-retour dans ma vie de festivalière.
J’avais mal aux pieds, j’avais trop chaud, j’avais trop froid, j’avais passé l’âge.
Même si  35 30 ans, c’est encore très jeune vous me direz !
Dans le miroir des toilettes beaucoup trop éclairés, les néons avaient transformé mes yeux au Khôl charbonneux en un regard de panda égaré.
Je me sentais à l’image de cet animal en voie d’extinction. J’étais devenue une espèce menacée par les abus de fêtes pendant le Festival.

2 solutions s’offraient alors à moi à cet instant précis :

– Poser ma candidature pour devenir l’égérie de WWF
– Arrêter le Festival de Cannes.

Je pensais m’en sortir comme ça. Avec une bonne détox de 12 mois. Je pensais que j’allais être forte, déterminée à ne ressentir aucune émotion en voyant fleurir les premiers kakémonos du 67ème Festival sur la Croisette.
Je pensais que je résisterais à l’envie de hurler de joie à la vue de la casquette sur le Palais des Festivals.
Mais tout a basculé lors d’un tweet. Un simple tweet de @cannes_com annonçant l’inscription au tirage au sort pour gagner des places pour les projections officielles a chamboulé toutes mes bonnes résolutions.
J’étais pourtant désintoxiquée depuis un an. Sûre de mon sevrage, je me disais qu’une minuscule petite inscription à un tirage au sort que je ne gagnerais peut-être pas ne pouvait pas me faire rechuter.
Erreur… GROSSE ERREUR.
J’ai repris une taffe de festival, je me suis souvenue de son goût, du plaisir intense et indescriptible que j’avais à le consumer jusqu’à la dernière bouffée.
Arrêter le festival est définitivement la résolution la plus difficile à prendre (après les éclairs au café, les crêpes, les pan bagnats, les quiches lorraines, l’aïoli…BREF, c’est très difficile quand même !)
Comment arrêter le Festival de Cannes lorsqu’on est cannoise, et qu’on le voit là, se préparer sous nos yeux ? Comment arrêter lorsqu’qu’on sent son odeur traverser les murs, qu’on le renifle jusque dans notre chambre à coucher, qu’il vient vous narguer jusque dans les vitrines des magasins avec leurs tenues de soirées sublimes ? Impossible.
Alors j’avais besoin de venir vous en parler.

Je me présente :
Bonjour, je m’appelle Valentine et je suis Festivalcoolique

ser22-z

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s